Full text: Berzelius, Jöns Jacob: Essai sur la théorie des proportions chimiques et sur l' influence chimique de l' électricité

L’usage de l’échelle logarithmique est fort com-
mode toutes les fois qu’il s’agit de déterminer
les quantités à employer dans des préparations
chimiques, où l’on ne pèse pas des milligrammes,
et je m’en sers constamment dans mon labora-
toire. Voici comment je m’y prends. Je cherche
dans les tables les nombres qui doivent servir de
base à mon calcul. Or, ces nombres étant com-
posés pour la plupart de six chiffres, j’en re-
jette les trois derniers, en augmentant d’une
unité le dernier de ceux qui restent, au cas que
le premier des chiffres rejetés surpasse 5, comme
on fait ordinairement dans le calcul décimal. J’ai
muni mon échelle d’un index mobile par lequel je
marque le premier nombre sur l’échelle pendant
que je cherche l’autre: c’est un expédient qui
est nécessaire, surtout quand on n’a pas encore
pris l’habitude de se servir de l’instrument. Supposons maintenant que nous voulions faire,
à l’aide de l’échelle, les calculs que nous avons
exposés tout-à-l’heure en parlant de la prépara-
tion du sublimé corrosif. Nous marquons donc
avec l’index, sur la règle supérieure de l’instru-
ment, le poids de l’atome de mercure, qui est
253, et nous cherchons le nombre 12 (quantité
de mercure qui doit être employée) sur la règle
inférieure, en levant la règle jusqu’à ce que 12
soit exactement au-dessous de 253. Voici ce que
ce seul trait nous apprend:

Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.

powered by Goobi viewer